Cette section concerne l'histoire des premiers fabricants de couleurs en tant que profession au service des peintres. Ces personnages oubliés nous sont très important pour analyser l'histoire des concepts d'une époque.


FABRICANTS DE COULEURS D'AUTREFOIS...EN FRANCE.

Les couleurs "Lefebvre & Foinet"
Anciennement installé à l'angle de la rue Bréa et Vavin, quartier Montparnasse, à Paris.

Une anecdote à propos du peintre Borduas:
"Pendant qu'il était à Paris, Borduas achetait ses toiles et ses couleurs principalement chez Lucien Lefebvre-Foinet, un marchand de couleurs très connu, établi à Montparnasse. Il se procurait des toiles tendues sur châssis et déjà enduites d'une préparation blanche à l'huile.

Tampon Lucien Lefebvre-foinet
Revers d'un tableau montrant le timbre du
fabricant Lucien Lefebvre-Foinet (photo © Michel Élie).

On sait que ces toiles préparées commercialement jaunissent avec le temps et produisent un exsudat d'huile que le peintre doit enlever: c'est l'opération du «dégraissage» recommandée dans de nombreux manuels d'artistes. On ignore si Borduas a suivi ces conseils. Par contre, il aurait parfois recouvert la préparation d'une mince couche d'huile de lin, pour faciliter l'application des couches suivantes. L'examen des Borduas révèle parfois la présence d'une autre couche de blanc sous les noirs, par dessus la préparation commerciale (cette couche est visible sous tous les soulèvements des noirs). L'artiste commençait sa composition en appliquant d'abord le blanc. Selon les cas, il procédait soit en appliquant le blanc sur toute la surface du tableau, en ajoutant ensuite les noirs sur cette couche, soit en réservant à l'avance des zones pour les noirs. Il pouvait parfois appliquer ses noirs sur le blanc encore frais. À cette époque, Borduas travaillait à la spatule. L'épaisseur de ces couches de peinture est variable, allant de très mince à plus d'un centimètre d'épaisseur. Borduas diluait ses couleurs à la térébenthine, et peut-être parfois à l'huile. On ignore s'il ajoutait des siccatifs (substances qui accélèrent le séchage). Il semble que Borduas n'ait pas verni ses tableaux. Cependant, on trouve parfois une couche d'huile de lin en surface, soit sur l'ensemble, soit localement sur les noirs. Dans certains cas, il s'agit d'un exsudat. Dans d'autres cas, il peut s'agir d'une couche appliquée intentionnellement à l'origine par l'artiste,ou lors d'une restauration ultérieure".

LEFEBVRE-FOINET Ets
10, rue Cliscouët, 56000 VANNES
France
Tel: (+33/0) 2 97 46 09 46
L'entreprise si réputée est désormais fermée mais on peut toujours contacter son directeur.

********************************************************************************************************
http://www.dubois-paris.com
Les couleurs "Denis Merlin"

Le magasin fondé en 1861 par Denis Merlin qui était le fabricant de ses propres couleurs à l'huile "extra-fine". Situé en plein centre du 5ème arrondissement, au coeur du quartier latin, entre le Panthéon et le jardin du Luxembourg, d'une surface de 120 m2 sur deux niveaux, il était un des rares magasins de Paris à présenter à sa clientèle le plus grand choix de marques et références du monde des Beaux-Arts. Ne vous étonnez pas si les Marques que nous sélectionnons sont anciennes. Simplement, nous sommes l'émanation directe, aujourd'hui, au XXIème siècle, de ce fabricant de couleurs extra-fines de 1887..., qui composait ses matières depuis les acquis du XVème siècle jusque la dernière révolution technique en Beaux Arts, au XVIIIème. Il fallut donc des générations, de père en fils, pour perpétuer l'exigence et proposer les fabrications les plus parfaitement abouties.

Les débuts...
En 1861, Denis Merlin fabrique ses couleurs à l'huile "extra-fines".
1919: Reprise de l'héritage par Robert Dubois
1942: puis Alice Dubois
1947: puis Guy Dubois
1977: et Yves Dubois
1982: en compagnie de son fils Eric.
assurent encore aujourd'hui la pérénité de l'engagement d'une famille à nous offrir le meilleur des Beaux Arts.

La boutique "Dubois"
20, rue Soufflot , 75005 PARIS
France
Tél 1: (+33/0) 1.43.54.43.60
Tel 2: (+33/0) 1 44 41 67 50
Fax : (+33/0) 1.43.54.62.07
Mailto:infos@dubois-paris.com
 

********************************************************************************************************
Julien Tanguy (dit le père Tanguy)
1825-1894.

Plâtrier, et employé des chemins de fer avant la Commune, il devient fabricant et marchand ambulant de couleurs. A cette occasion, il rencontre Pissarro, Renoir et Monet. Mais communard, il sera arrêté par les Versaillés et évite l'execution grace à l'intervention de Mr Rouart, un ami de Degas. Après la guerre, il rentre à Paris pour ouvrir une boutique d'articles de Beaux-Arts.

Chez le père Tanguy furent réunis pour la première fois des travaux de SEURAT, CEZANNE, GAUGUIN, VAN GOGH, GUILLAUMIN, GUILLEMET, PISSARRO, VAN GOGH, EMILE BERNARD, TOULOUSE-LAUTREC, RENOIR, SIGNAC et plus tard MAURICE DENIS, PIERRE BONNARD qui étaient tous des habitués de la boutique. Il a été le centre de la nouvelle peinture par l'influence qu'a exercée sa boutique sur les écoles qui vont aboutir à l'Art moderne.

Le père Tanguy
14, rue Clauzel,
Paris (IXe arrt)
 

********************************************************************************************************
Hennequin

Dans sa boutique ouverte depuis 1830, et voisine du Café Guerbois, Manet s'y fournissait avant 1870. Si Hennequin n'a plus été le fournisseur des impressionnistes, c'est sans doute en raison du déménagement du «cénacle» des rebelles du café Guerbois en direction de la Nouvelle Athènes, qui a éloigné les rapins de cette petite boutique. Aujourd'hui, cette échoppe ne va pas tarder à disparaître si personne ne s'occupe de préserver le lieu.

La boutique Hennequin
11 avenue de Clichy,
Paris
 

********************************************************************************************************
Guillaume Tasset
(alias Guilhermo Carlos)

Il était né à Lima au Pérou le 1er février 1843, d'un père français et d'une mère sud-américaine. Le magasin au 31 de la rue Fontaine a ouvert ses portes en 1885 quand Degas avait son atelier au 19 bis de cette rue. Il était le négociant attitré de Degas, qui faisait faire aussi ses tirages photographiques au sous-sol, par Delphine, la fille du marchand.

Guillaume Tasset* était peintre lui-même, (il avait été l'élève de Gérome, le plus farouche opposant aux impressionnistes) procurera pendant un temps les fournitures que Vincent réclamait à Théo depuis Arles, quand Vincent Van Gogh était en froid avec le père Tanguy, qui à bout de ressource, avait demandé le paiement d'arriérés à Théo et à Cézanne.

(*) Il a exposé au salon de 1865: Corridor au couvent San Francisco à Lima.

La boutique Guillaume Tasset
31, rue Fontaine
Paris
 

********************************************************************************************************
Sylvain Milori

En 1827, il quitte Paris pour s'installer à Montreuil au 261 de la rue de Paris. Il y installe une fabrique de couleurs: couleurs sèches à bâtiment, couleurs en pâte pour papiers peints et pour fleurs artificielles, couleurs broyées pour la carrosserie, couleurs à l'huile ou au vernis, couleurs pour les encres d'imprimerie... Cette installation doit être considérée comme l'acte d'industrialisation de Montreuil. C'est la première usine qui s'implante sur le territoire de notre ville. Occupant plus d'un hectare de terrain, elle emploie près de quatre-vingts personnes et produit plus de deux millions de kilogrammes de couleurs par an, dès le début du XXème siècle. Ses bleus, surtout le bleu de fer, se distinguaient par un maximum de concentration colorante, ses verts de chrome tel le "vert Milory", ses jaunes de zinc étaient tellement renommés pour leur qualité qu'on les appelait simplement:"les Milori", englobant dans un même vocable le nom du fabricant et la qualité du produit.

Fabriqués à base de prussiate, de potasse et de soude du ferrocyanure de potassium, de Sels de plomb... Produits dangereux et polluants !!! En 1880, Sylvain Milori disparaît, mais son gendre, Gustave Hardy aux commandes de l'entreprise depuis 1853 continue à développer l'activité. Son fils Eugène reprend le flambeau en 1877 et transforme la maison en société au nom collectif: la société Hardy-Milori-Rémond & Cie. Rémond est le gendre et la compagnie est formée par trois collaborateurs dont l'un est le cousin. Cette société qui deviendra société anonyme en 1921, dirigée par un patriarche ayant l'esprit de famille, continuera à croître qu'après la guerre. Elle ne saura pas négocier le virage des années soixante-dix et disparaîtra.
 

********************************************************************************************************
Jacques AUGUSTE HENRI BENOIT

Fabricant de couleurs en 1877.
141 bd de Charonne,
Paris


 

 

 

 

FreeCounter